06.11.2012 à 18h30
Abbaye de Neumünster, Salle E. Dune, 28, rue Münster, Luxembourg-Grund

György Konrád – Lecture et entretien avec Manfred Sapper

György Konrád – Lecture et entretien avec Manfred Sapper

György Konrád

Lecture d’extraits du nouveau livre Des Juifs (Suhrkamp, Berlin, 2012) et entretien avec le politologue-journaliste Manfred Sapper

mardi, le 6 novembre 2012

Écrivain de la culture européenne, de la liberté et de la responsabilité de l’individu, György Konrád est l’un des romanciers et essayistes contemporains les plus importants. Cet ancien dissident fait partie avec Václav Havel, Adam Michnik, Milan Kundera ou Pavel Kohout de ces grandes voix dont l’appel pour la démocratie continue de résonner.

En 2001, il reçoit le Prix international Charlemagne, d’Aix-la-Chapelle

 

« Pour les juifs, l’existence est un devoir qu’il faut consacrer, ce n’est pas un provisoire, mais un moule à remplir, un enjeux, auquel nous devons répondre avec tout notre savoir. »

 

Image de prévisualisation YouTube

 

« Qu’est-ce que ta judaïté, si ce n’est ni une religion, ni une communauté  traditionnelle ? » Pour György Konrád, cette question d’Amoz Oz est le point de départ pour une recherche approfondie sur la judaïté, les racines de la judaïté, la mémoire juive, la communauté en tant que stratégie de survie, le lieu du crime absolu qu’est Auschwitz, un peuple éparpillé et sa place dans les états nationaux, les vertus et les défauts caractéristiques de la judaïté.

Ceci ne serait pas un livre de György Konrád,  si on n’y retrouvait pas un regard à la fois mélancolique, calme et teint d’optimisme sans en exclure une autoréflexion en profondeur. Ce regard s’attache à la fois aux personnes et aux lieux dans lesquels le patrimoine juif survit: dans l’orbite d’une métropole, dans l’intimité provinciale d’un village ou dans un cœur familier.

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Biographie:

György Konrád, fils d’une famille juive aisée, naît le 2 avril 1933 près de la ville de Debrecen en Hongrie. En 1944 il échappe d’extrême justesse à l’arrestation et la déportation au camp de concentration d’Auschwitz par les nationaux-socialistes et les Croix fléchées hongrois. S’ensuit sa fuite avec ses frères et sœurs chez de la famille à Budapest où il vit dans un appartement sous haute protection de la Confédération helvétique.

Ses livres « Heimkehr » et « Glück » parlent des événements de cette époque.

Jusqu’à l’insurrection de Budapest en 1956, Konrád fait des études de lettres, sociologie et de psychologie à Budapest. De 1959 à 1965, il est inspecteur pour la protection des mineurs au sein d’une autorité de tutelle dans une circonscription de Budapest. En même temps, il publie ses premiers essais. A partir de 1965, il travaille pour l’Institut étatique de planification en tant que sociologue spécialisé dans l’urbanisme. Il publie son premier roman « Le Visiteur » en 1969. A partir de l’apparition de son premier œuvre, l’écriture devient sa principale.

Il plaide pour une Europe de l’Est libre, qui devrait abolir le rideau de fer.  A coté de Václav Havel, Adam Michnik, Milan Kundera ou Pavel Kohout, Konrád est l’un des plus importants démocrates et dissidents de l’ère pré-1989.  L’interdiction de publication, qui lui est imposé entre 1978 et 1988, le fait voyager à travers l’Europe occidentale, ainsi que les Etats-Unis et l’Australie.  Ce n’est qu’en 1989 que cette interdiction de publication est suspendue.

 

Image de prévisualisation YouTube

 

.

Manfred Sapper, né à Kassel en 1962, fait des études de Sciences politiques, histoire et de sociologie à Francfort, Siena et Moscou. Lauréat du Landeslehrpreis 1999 pour son travail d’enseignant à l’université de Mannheim, thèse de doctorat sur « Les conséquences de la guerre en Afghanistan pour la société soviétique ». Depuis 2002, Sapper est rédacteur en chef de la revue « Osteuropa ».

 

Image de prévisualisation YouTube

Organisé par l’Institut Pierre Werner avec le soutien du CCRN

deutsch - contact - mentions légales