21.03.2018 à 19h00
Abbaye de Neumünster, 28, rue Münster, Luxembourg-Grund

Can Dündar. Censure et liberté d’opinion

Can Dündar. Censure et liberté d’opinion

Can Dündar

Entretien avec Caroline Mart

Censure et liberté d’opinion

Mercredi 21 Mars 2018

19h00

Abbaye de Neumünster

En turc et en anglais avec traduction simultanée

Entrée : 10 € / 5 € / 1,50 € (Kulturpass)

Entrées  : La prévente se fera uniquement par téléphone (+352 26 20 52 444) et seulement jusqu’au 18 mars (inclus). Les billets seront nominatifs et ne pourront pas être cédés à un tiers. Pour des raisons de sécurité, aucun billet ne sera vendu à partir du 19 mars. Aucune place ne sera vendue le soir même.

Entrée à partir de 18h15. Fermeture des portes à 19h00. Après 19h00, aucune admission ne sera autorisée dans la salle. Nous vous prions de vous munir d’une pièce d’identité.

Nous vous remercions pour votre compréhension et vous prions de nous excuser pour la gêne occasionnée. Cependant, les mesures de sécurité requises  nous contraignent à la vigilance. 

 

Défenseur de la liberté d’expression, pourfendeur de la censure, le journaliste turc Can Dündar est l’invité de l’IPW. Il s’entretiendra avec la journaliste et présentatrice luxembourgeoise Caroline Mart à propos de la situation en Turquie, de son exil à Berlin, du combat quotidien contre le mensonge et la calomnie et de l’espoir d’un avenir meilleur.

L’ancien rédacteur en chef de « Cumhuriyet », quotidien distingué par le Prix Nobel Alternatif en 2016, a passé trois mois en cellule d’isolement à cause de son reportage courageux sur des livraisons d’armes des services secrets turcs en Syrie, a été condamné à cinq ans et demi de prison et a échappé de justesse à un attentat. S’il n’avait pas été à l’étranger lors du coup d’Etat en Turquie en 2016, il serait probablement à nouveau en prison à l’heure actuelle. Cependant, Can Dündar a pris le chemin de l’exil et continue sa lutte pour la liberté de presse dans son pays depuis Berlin. Dans son dernier livre « Verräter. Von Istanbul nach Berlin. Aufzeichnungen aus dem Exil » (Hoffmann und Campe, 2017), il raconte les événements qui se sont produits ses six derniers mois, depuis sa libération de détention préventive : procès, attentat, jugement, le coup d’Etat dans son pays, sa fuite en Allemagne, son exil à Berlin. Actuellement, il partage sa vie entre distinctions et menaces, prix et hostilités car il continue de lutter pour une Turquie démocratique et orientée vers l’Occident.

Can Dündar, né en 1961, étudie le journalisme à Londres et Ankara et obtient un doctorat de sciences politiques en 1996. Il a écrit pour différents journaux, publié plus d’une vingtaine de livres et produit 16 documentaires télévisés. Jusqu’en 2016, il était rédacteur en chef du célèbre quotidien « Cumhuriyet ». Depuis, il tient la rubrique „Ma Turquie“ dans l’hebdomadaire « Die Zeit ». Can Dündar a reçu de nombreux prix, dont en 2016 le Prix Leuchtturm et le Prix Hermann-Kesten du Club PEN d’Allemagne, en 2017 la Goldene Victoria pour la liberté de presse de l’Association des éditeurs de revues allemands, le Prix citoyen Gustav-Heinemann du SPD, le Prix Europa en tant que journaliste européen de l’année, le Prix Siebenpfeiffer, le Prix Lev-Kopelev et le Prix international Whistleblower. Can Dündar vit et travaille actuellement à Berlin. Sa femme est toujours à Istanbul, son départ a été refusé.

Caroline Mart, née en 1960, est une journaliste luxembourgeoise. Depuis 1985, elle travaille à RTL, où elle a d’abord été rédactrice et modératrice à la radio, avant de passer à la télévision, où elle a été responsable des informations et de la culture. Depuis 2007, elle est rédactrice en chef adjointe de RTL Télé Lëtzebuerg. Toutes les deux semaines, elle anime l’émission télévisée « Kloertext », une table-ronde sur l’actualité politique et sociale.

« Adieu à la Turquie » – Un documentaire de ARTE sur Can Dündar

 

Organisé par l’Institut Pierre Werner 

avec le soutien de neimënster.

deutsch - contact - mentions légales