11.06.2014
Institut Pierre Werner (Abbaye de Neumünster), Salle J. Ensch, 28, rue Münster, Luxembourg-Grund

Pierre Assouline : Lecture du roman « Sigmaringen » et entretien

Pierre Assouline : Lecture du roman « Sigmaringen » et entretien

.

Pierre Assouline

Lecture du roman « Sigmaringen » et entretien

Mercredi 11 juin 2014
18h30
Abbaye de Neumünster, Salle J. Ensch

En français

Entrée : 10 € | 5 €

Pierre Assouline, né à Casablanca en 1953, est un écrivain, journaliste et chroniqueur radio français. Il fait partie de l’Académie Goncourt depuis 2012. Il vit à Paris. Dans le roman Sigmaringen Pierre Assouline évoque la partie la plus sombre de l’histoire de la France en 1944.

Le modérateur et interlocuteur est le directeur adjoint de l’Institut historique allemand à Paris, Stefan Martens.

 

Sigmaringen (Gallimard, 2014)

En septembre 1944, un petit coin d’Allemagne nommé Sigmaringen, épargné jusque-là par les horreurs de la guerre, voit débarquer, du jour au lendemain, la part la plus noire de la France : le gouvernement de Vichy, avec en tête le maréchal Pétain et le président Laval, leurs ministres, une troupe de miliciens et deux mille civils français qui ont suivi le mouvement, parmi lesquels un certain Céline.
Pour les accueillir Hitler a mis à leur disposition le château des princes de Hohenzollern, maîtres des lieux depuis des siècles. Tout repose désormais sur Julius Stein, le majordome général de l’illustre lignée. Depuis les coulisses où il œuvre sans un bruit, sans un geste déplacé, il écoute, voit, sait tout.
Tandis que les Alliés se rapprochent inexorablement du Danube et que l’étau se resserre, Sigmaringen s’organise en petite France. Coups d’éclat, trahisons, rumeurs d’espionnage, jalousies, l’exil n’a pas éteint les passions. Certains rêvent de légitimité, d’autres d’effacer un passé trouble, ou d’assouvir encore leurs ambitions.
Mais Sigmaringen n’est qu’une illusion. La chute du IIIe Reich est imminente et huit mois après leur arrivée tous ces Français vont devoir fuir pour sauver leur peau.
De ce théâtre d’ombres rien n’échappe à Julius Stein. Sa discrète liaison amoureuse avec Jeanne Wolfermann, l’intendante du maréchal, le conduira à sortir de sa réserve et à prendre parti.

 


 


 


 

Presse

07.06.2014 – Tageblatt

14.06.2014 – Wort

 

Organisé par l’Institut Pierre Werner avec le soutien du CCRN

deutsch - contact - mentions légales