28.11.2011 à 19.00

Abbaye de Neumünster, salle A11, 28, rue Münster, Luxembourg-Grund

Les masses et le peuple

Organisé par l'Université du Luxembourg en collaboration avec l'Institut Pierre Werner
Les masses et le peuple

La conférencière est le Professeur Astrid Deuber-Mankowsky de l’Université de la Ruhr (Bochum). Elle va expliciter les concepts de « masses » et de « peuple », tels que le cinéma moderne les entend, en s’appuyant sur le film „Dogville” et la série américaine culte „The Wire”.

Alors que le cinéma d’avant était un art destiné aux masses et que le peuple y était omniprésent, autant les masses que le peuple sont absents du cinéma moderne, constate Deleuze. Le cinéma moderne, politique, s’il existe, part du principe que le peuple n’existe plus ou n’existe pas encore. Une exception : « Dogville » de Lars von Trier qui, dans le but de critiquer la politique extérieure nord-américaine, questionne le peuple et le rapport peuple-violence. Pour ce faire, le peuple est incarné par 18 acteurs internationalement connus enfermés dans un container comme isolés du monde. Presque au même moment, David Simon a produit la série télévisée « The Wire » qui, telle une épopée sans fin, analyse à travers les rapports entre la police, les criminels, l’establishment politique et le reste de la société la violence dans les rues de Baltimore-Ouest.

Ces deux visions seront confrontées avec la thèse de Deleuze selon laquelle le film moderne, politique se définit par l’absence du peuple, qui n’existe plus ou qui n’existe pas encore.

Entrée libre.

Axées sur une approche politique et sociale, ces conférences se situent à la confluence de la recherche dans les sciences sociales et des publications destinées à un plus large public. Elles ouvrent le débat universitaire au plus grand nombre.

 Compte rendu

La vidéo de la conférence

 

deutsch - contact - mentions légales