du 18.11.2010 au 19.11.2010

Internet comme metamedia : le grand défi

Internet comme metamedia : le grand défi

Internet comme metamedia : le grand défi

Journées européennes des médias Luxembourg

Jeudi 18 novembre 2010 / Vendredi 19 novembre 2010
Centre National de l’Audiovisuel (CNA), Dudelange
Entrée libre
En français, allemand et anglais avec traduction simultanée

 

 

A quels défis s’attelle l’industrie des médias en cet automne 2010 ? Bien plus qu’un milliard d’hommes utilisent l’Internet. Google répertorie plus d’un billion d’URL et le volume de données en ligne augmente de 60 % par année. Les failles déclenchées par la crise économique et financière qui touchent les médias traditionnels risquent de s’aggraver en 2011. Des modèles économiques qui avaient du succès pendant de longues années se voient contestés et ne sont plus que désolation. Les technologies ainsi qu’une profonde modification du comportement des utilisateurs continuent de renforcer la crise des médias. Faillites, fusions et nouveaux partenariats vont désormais préoccuper les entrepreneurs. Toutes les formes de revenus et modèles économiques se verront contestés. La culture du gratuit de l’Internet s’est installée. Le nombre de lecteurs et de spectateurs est en baisse. Des entreprises de télécommunication entrent en force sur le marché des médias et le concept du contenu payant est redéfini.

Y aura-t-il encore un média dominant bien défini, ou est-ce que ce sera l’Internet, en tant que média central, qui réunira et dominera l’écrit, l’audio et le visuel ? Quand et comment l’Internet prendra-t-il possession du téléviseur ? Les téléviseurs du futur seront connectés aussi bien au réseau audiovisuel qu’à l’Internet et puiseront leurs contenus dans les deux sources. Ce seront des « hybrides » qui déclencheront une nouvelle vague, un tsunami concurrentiel pour capter au mieux l’attention des auditeurs, lecteurs et spectateurs. L’utilisation des médias et les habitudes de communication seront changées et dominées par la pertinence de l’Internet. La numérisation mène à des changements dans le domaine de la concurrence, de la convergence et de la concordance.

Comment se développera le droit des médias et le droit de la concentration en Europe, face aux nouveaux et différents médias de référence ? Quelles nouvelles approches de réglementation seront nécessaires sur le fond de la nouvelle réalité médiatique ? Face à une convergence profonde, la numérisation est en train de révolutionner le maniement des contenus. Opérateurs d’infrastructures et fabricants de terminaux offrent désormais plateformes et contenus.

Le cadre réglementaire qui s’est développé devient de plus en plus restrictif et entrave les entrepreneurs des médias traditionnels. Les diffuseurs publics tentent de redéfinir leur mission à travers de nouvelles offres télé-médiatiques, mais se voient confrontés à une critique concurrentielle virulente de la part des maisons d’édition et des chaînes télévisées privées. Le financement mixte des diffuseurs publics subit une pression de plus en plus forte. Est-ce que la liberté publicitaire mène à une relation concurrentielle équitable ou bien le modèle économique de la publicité est-il lui aussi voué à l’échec ?

La presse écrite se considère soumise à une concurrence énorme : éditions et prix en baisse, surenchères de soldes et l’importance croissante des moteurs de recherche rehaussent la publicité en ligne. Des formules publicitaires qui ne peuvent plus être jaugées de façon précise deviendront obsolètes. La publicité en ligne individualisée devient l’idéal de l’industrie publicitaire, bien que, du point de vue des protecteurs des données, elle crée de grands problèmes pour les utilisateurs. La bataille de la répartition devient plus rude et le marché produit des perdants.

Les réseaux sociaux comme Facebook, Youtube et Twitter génèrent des nombres d’utilisateurs en hausse permanente et sont accessibles partout et à tout moment via les téléphones portables. L’Internet se transforme d’un média sur demande en un média interactif. Deux tiers des utilisateurs mondiaux de l’Internet visitent chaque mois des sites de médias sociaux. Quelle en est la signification pour les entreprises médiatiques établies ?
Le fait que des données « qui dorment » peuvent devenir des informations de premier plan, que le savoir de quelques individus peut aider à constituer une intelligence collective et que, à l’aide de technologies linguistiques modernes, on peut former des encyclopédies collaboratives, dictionnaires et jeux éducatifs, transformant le Web ainsi en un réseau sémantique, sont des informations d’une réelle importance aussi pour les médias traditionnels.
La star incontestable de l’industrie du divertissement est désormais le secteur des jeux vidéo. Avec un chiffre d’affaires plus élevé que celui de l’industrie mondiale du film et de la musique, les producteurs de jeux vidéo poussent des innovations dans les contenus, la distribution et l’utilisation des médias.

Comme tout média est aujourd’hui affecté par le changement, on peut s’attendre à une transformation structurelle fondamentale, sans égale depuis l’invention de l’imprimerie. Les médias traditionnels perdront-ils tant d’importance qu’ils occuperont les derniers rangs pendant que Google, Apple et Co. mèneront les marchés ? Dans quels modèles économiques vaut-il encore la peine d’investir, quels partenariats stratégiques ont encore un sens et que deviendra-t-il de la qualité ?

 

 

Compte-rendu

Flyer IN / Flyer OUT

 

Organisé par l’IPW et le CNA avec le soutien de Deloitte, SES, P&T et le Ministère des Communications et des Médias

deutsch - contact - mentions légales