29.05.2010

Emergence et grandes tendances de la danse contemporaine – Une approche comparée Allemagne, France, Luxembourg

Emergence et grandes tendances de la danse contemporaine – Une approche comparée Allemagne, France, Luxembourg

Emergence et grandes tendances de la danse contemporaine – Une approche comparée Allemagne, France, Luxembourg

Dans le cadre du festival Le Transfrontalier

Samedi 29 mai 2010
18h00
Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie
(1, rue de l’Aciérie, Luxembourg-Hollerich)
Entrée libre
Réservation au (00 352) 40 45 69 par tél ou au (00 352) 26 48 09 40 par fax.
En français et allemand avec traduction simultanée

 

Dès le début du XXe siècle et jusqu’à la fin de la Deuxième Guerre mondiale, on voit émerger des formes, styles et esthétiques de danses très divers que l’on appelle dès lors « danse moderne ». Les courants de cette époque sont la danse libre, incarnée par Isadora Duncan et Loïc Fuller, la « modern dance » américaine, le « Tanztheater » et la « danse expressionniste » en Allemagne, la « nouvelle danse » en Russie, un nombre incroyable de courants de danse exotique, mais aussi certaines formes de danse classique revisitées, comme le « nouveau ballet » en Russie.
Pendant la seconde moitié du XXe siècle, formes et esthétiques de danse coexistent, s’inspirent et se multiplient. Certains parlent de la danse contemporaine à partir de 1950 jusqu’à maintenant. Pour d’autres, elle qualifie un mouvement de danse français qui apparaît dans les années 1970, en opposition à la danse jazz et à la danse classique.
La danse contemporaine est représentée par un grand nombre de courants de la « post-modern dance » américaine à la « Danse théâtre » de Pina Bausch, en passant par la « nouvelle danse française », incarnée par Bagouet, Maguy Marin, Gallotta, Bouvier/Obadia entre autres…
Trois spécialistes de la danse contemporaine préciseront ces lignes de fracture entre « danse moderne » et « danse contemporaine » et montreront, dans le contexte de leur pays respectif, quelles tendances se sont développées depuis et ce qu’elles nous disent de nos sociétés.

Intervenants :

Roland Huesca
Ancien danseur, Professeur d’esthétique et Responsable du Master 1 « Esthétique, art et sociologie de la culture » à l’université Paul Verlaine de Metz. Il a mené des recherches sur l’histoire et l’esthétique du spectacle vivant, le corps et les dispositifs de ses mises en spectacle, l’art et la vieillesse ou bien encore l’art et la nudité. De 2004 à 2006, Roland Huesca a fait une étude pour le ministère de la Culture et de la communication sur la thématique « Danser au mépris des usages, des avant-gardes artistiques à la crise de l’art ».

Jacalyn Carley
Chorégraphe et auteur américaine, elle est titulaire d’une licence en science de la danse de l’université George Washington.
Depuis 1978, elle vit à Berlin, où elle a cofondé la Tanzfabrik, un des premiers grands centres de la danse moderne après la Deuxième Guerre mondiale. Ses propres chorégraphies ont tourné en Europe et aux Etats-Unis. Parallèlement à ses activités chorégraphiques, Jacalyn Carley est également enseignante et auteur de livres dont : « Royston Maldoom-Tanz um dein Leben » et « Community Dance Handbook-Jeder kann tanzen » (2010).

Daniela Lieb
Daniela Lieb est née à Bucarest. Elle a fait des études de Japonais, d’Histoire et de Français à l’Université de Cologne. En 2001, elle a été boursière de la Japan Foundation. De 2002 à 2008, elle a été collaboratrice scientifique du séminaire sur l’Asie de l’Est à l’Université de Cologne. Elle a donné des cours, participé à des conférences et publié sur la langue et la littérature japonaises. Parallèlement, elle a dirigé la bibliothèque de l’institut. Depuis 2009, elle est archiviste à la Theater Federatioun et responsable du projet « Archives théâtrales du Luxembourg ».

 

Formulaire d’inscription

Programme du festival

Compte-rendu 

 

Organisé par l’Institut Pierre Werner

deutsch - contact - mentions légales