29.03.2014 à 20h00
Abbaye de Neumünster, Salle R. Krieps, 28 rue Münster, Luxembourg - Grund

Philippe Sollers – Lecture de « Médium » et entretien

« Eh bien, la magie continue ». C'est ainsi que commence le roman "Médium" de Philippe Sollers.
Philippe Sollers – Lecture de « Médium » et entretien

.

Philippe Sollers

Lecture de « Médium » (Gallimard, 2014)

et entretien avec Michèle Vallenthini et Paul Rauchs

.

Samedi 29 mars 2014
20h00

Abbaye de Neumünster, Salle R. Krieps

En français
Entrée : 10 € | 5 €

Billetterie : www.ccrn.lu / +352 – 26 20 52 – 444

.

Philippe Sollers a lu quelques extraits de son nouveau roman « Médium » (paru en janvier 2014 chez Gallimard) et s’est entretenu avec Michèle Vallenthini, dix-huitiémiste luxembourgeoise et Dr. Paul Rauchs, psychiatre à Luxembourg et chroniqueur. Cette rencontre a débuté par la projection d’un film réalisé par Georgi Galabov et Sophie Zhang (2014, 33 minutes).

 

Plus de vidéos

 

Médium (Gallimard, 2014)

«MÉDIUM (du latin medius, au milieu) : Personne susceptible, dans certaines circonstances, d’entrer en contact avec les esprits.»

Voici ce que laisse entrevoir la quatrième de couverture du nouveau roman Médium de Philippe Sollers. Le personnage principal, le narrateur, est un vieux professeur énigmatique logeant le week-end à Venise dans un quartier à l’écart du flot des touristes. En semaine, il est à Paris et mène la vie d’éditeur. Il passe des journées plus ou moins paisibles à lire et à écrire, à discuter avec Loretta, la jeune serveuse de son restaurant italien habituel, ou à recevoir des massages très sensuels d’Ada, l’une des nombreuses créatures médiumniques de ce livre, l’écrivain étant aussi lui-même un médium. Parfois en s’aidant de substances illicites. Contre-folie, drogues, sexe, femmes et littérature sont autant de thèmes abordés dans Médium, paru en janvier 2014 chez Gallimard.

 

 

 

Plus d’informations sur le roman : www.gallimard.fr et www.laregledujeu.org

 

Presse

« Philippe Sollers : « J’ai inventé le verbe « poublier » et le verbe « oublire » « , France Inter, le 7.01.14

« Une bonne dose de Saint-Simon – l’abus ne peut pas faire de mal, au contraire -, une pincée de classiques chinois, du Lautréamont intensif, une posologie signée Pascal, un séjour à Venise, tels sont les ingrédients de son nouveau roman. », Le Temps.ch, le 04.01.14

« Commercialisation des cadavres, sexualité en ligne, grossier marché de l’art, partout, c’est la « folie instituée ». Un remède existe : la « contre-folie », avec pour héraut Philippe Sollers. Vous pensiez lire quelque chose comme « Le Bonheur à San Trovaso », vous avez un « Manuel de contre-folie ». Plein d’esprit, d’humour, ironique au second degré, rapide, réjouissant et lesté d’espoir en la vie, comme un début d’année. », SUDOUEST, le 05.01.14

« C’est aussi pour cela qu’on lit les romans de Sollers  : parce qu’ils nous ramènent toujours vers la grande Bibliothèque et les grands textes pour toujours vivants. Parce qu’ils relient et intercèdent, tracent des liens, tirent des fils. Parce que, à travers eux, Sollers aussi est un médium. », Télérama n°3340

« Sous le masque de l’homme éternellement gai, l’auteur de La Fête à Venise et d’Eloge de l’infini (Gallimard, 1991 et 2001) laisse deviner un visage presque inquiet, mélancolique. A moins qu’il s’agisse là d’un « loup » supplémentaire. », Le Monde des livres, le 15.01.14

Radio RTL.lu, le 04.04.2014

 

Organisé par l’Institut Pierre Werner avec le soutien du Centre Culturel de Rencontre Abbaye de Neumünster.

deutsch - contact - mentions légales