12.02.2015 à 19h30
Institut Pierre Werner (Abbaye de Neumünster), Salle R. Krieps, 28 rue Münster, Luxembourg-Grund

Lionel Jospin – Entretien

Lionel Jospin – Entretien

Lionel Jospin

Présentation de « Le Mal napoléonien » de Lionel Jospin suivie d’un entretien avec l’historien et journaliste Nils Minkmar (FAZ)

Jeudi 12 février 2015
19h30

Abbaye de Neumünster, Salle R. Krieps

Entrée  10 € | 5 €

Tickets www.neimenster.lu | +352 26 20 52 444

Réservation préférable

En français avec traduction simultanée vers l’allemand

Le 12 février Lionel Jospin, ancien Premier ministre français, présentera son dernier essai « Le Mal napoléonien » à l’Institut Pierre Werner. Il s’entretiendra ensuite avec Nils Minkmar, correspondant culturel pour la Frankfurter Allgemeine Zeitung.

Dans « Le Mal napoléonien », Jospin s’emploie à démystifier le règne de Napoléon. Il y a longtemps que la place prise par Napoléon Bonaparte dans l’imaginaire national français intrigue l’ancien Premier ministre. Jospin a toujours été frappé par la marque laissée par l’Empereur dans l’histoire française.

Dans son ouvrage, l’ancien Premier ministre ne s’inscrit ni dans la « légende dorée » ni dans la « légende noire » de Napoléon. Pour Jospin, il s’agit d’examiner les quinze années fulgurantes du trajet du Premier consul et de l’Empereur : ont-elles servi la France ? En discutant avec l’historien et journaliste franco-allemand Nils Minkmar, Jospin tentera de mesurer l’écart entre les ambitions proclamées, les moyens déployés, les sacrifices exigés et les résultats obtenus.

Jospin constate que l’Empire de Napoléon Ier, puis le Second Empire, se sont achevés sur des désastres. Les figures politiques françaises qui ont réutilisé la rhétorique bonapartiste de l’homme providentiel, à l’image du général Boulanger ou du maréchal Pétain, n’évoquent pas de souvenirs glorieux. Pourtant, on continuerait à se référer au bonapartisme de manière souvent flatteuse.

Lionel Jospin a été dirigeant du Parti socialiste, ministre de l’Éducation et Premier ministre de 1997 à 2002.

Nils Minkmar est docteur en histoire et correspondant culturel pour la Frankfurter Allgemeine Zeitung.

Presse

« Lionel Jospin est mieux placé que quiconque, lui qui fut si actif au gouvernement, pour mesurer l’ampleur de la tâche abattue en un quinquennat par le jeune Premier consul. »
Libération

« Au-delà de ces considérations historiques vigoureusement menées et, comme toujours, d’une parfaite clarté, ce sont cependant ses réflexions sur l’empreinte du bonapartisme qui surprennent, excitent et font réagir le plus. »
Libération

« Si ce n’est un pamphlet – il s’en défend –, c’est à coup sûr un réquisitoire bien dans sa manière, documenté, charpenté et, admet-il, « non exempt de subjectivité ».»
Le Monde

« Avec subjectivité, Lionel Jospin relit l’histoire napoléonienne pour livrer son regard sur l’empreinte laissée à son époque et jusqu’à nos jours par Bonaparte. »
La Croix

Lionel Jospin : allons au-delà du « bilan intérieur » de Napoléon

 

Organisé par l’Institut Pierre Werner

Avec le soutien de Neimënster

deutsch - contact - mentions légales