du 31.10.2012 au 03.12.2012
Abbaye de Neumünster, 28, rue Münster Luxembourg Grund

La chambre miraculeuse de Bruno Schulz. La dernière oeuvre d’un génie – Exposition

Reconstitution virtuelle des fresques aujourd'hui dispersées, réalisées en 1942, par Bruno Schulz.
La chambre miraculeuse de Bruno Schulz. La dernière oeuvre d’un génie – Exposition

La chambre miraculeuse de Bruno Schulz
La dernière oeuvre d’un génie

 

Exposition

31 octobre – 03 décembre 2012

Abbaye de Neumünster – Agora

L’exposition présente une reconstruction virtuelle en taille réelle des fresques murales que Bruno Schulz (1892-1942), juif polonais, a, pour  essayer de survivre, réalisé dans sa ville natale de Drohobycz, en Galicie, pour la chambre des enfants du SS viennois Felix Landau. 

Ces peintures murales constituent le dernier travail de Bruno Schulz. Il a été assassiné le 19 novembre 1942, par un officier de la Gestapo, lors du  tristement célèbre « jeudi sauvage » où 265 citoyens juifs de Drohobycz ont été massacrés .

A l’occasion du 120e anniversaire de la naissance et du 70e anniversaire de la mort de Bruno Schulz, une  installation mobile présente à l’échelle réelle une  reconstitution virtuelle de l’ensemble de la composition aujourd’hui dispersée. L’Institut Pierre Werner la montre pour la première fois en dehors de l’Allemagne.

 

 

 

 

La redécouverte des fresques de Bruno Schulz

Après la Deuxième Guerre mondiale, malgré des recherches intenses, les fresques étaient introuvables. Ce n’est que le 9 février 2001 que l’équipe du cinéaste Benjamin Geissler les a retrouvées. En mai 2001, le mémorial Yad Vashem a subtilisé des fragments des fresques de Bruno Schulz et les a emmenées, clandestinement, en Israël, au cours d’une action illégale.

Le film, A l’ombre des murs, montre minutieusement cette recherche, la découverte puis la disparition des fresques. Le film raconte aussi l’histoire de l’acquisition très controversée de ces pièces par le musée Yad Vashem. Ce dernier revendique le droit moral à posséder ces œuvres. En Ukraine et en Pologne on parle d’un crime. Mais qu’est-ce qu’en pensent les juifs qu’ils soient de Drohobycz en Ukraine ou en Israël?

A l’ombre des murs montre toutes les archives sur la vie et l’œuvre de Bruno Schulz et plus particulièrement ses derniers jours. Le film aborde d’une façon poétique et approfondie les douloureuses répercussions toujours présentes de l’holocauste.

Bruno Schulz est né en 1892 à Drohobycz, une petite ville de Galicie, une province austro-hongroise. Il pensait et écrivait en polonais et ne voulait en aucun cas quitter sa ville natale parce qu’il savait qu’il ne pourrait être créatif ailleurs. Avant la deuxième guerre mondiale, Drohobycz était un des plus importants centres de la culture juive en Europe de l’Est, riche de ses disparités économiques et culturelles. En 1939, Drohobycz comptait 36.000 habitants dont 17.000 juifs. Le reste de la population était composé de Polonais, d’Ukrainiens et d’Allemands. Pendant l’occupation allemande la plupart des juifs a été massacrée dans le camp de concentration de Belzec et dans la forêt de Bronica.

A l’ombre des murs nous présente des survivants de l’holocauste qui connaissaient Bruno Schulz. Le film relie ainsi le présent avec les visions poétiques et terribles de l’œuvre de Bruno Schulz.

 

 

 

 

L’exposition a été organisée par l’Institut Pierre Werner  avec le soutien de

et le Centre Culturel de Rencontre de Neumünster

 

 

 

deutsch - contact - mentions légales