27.10.2016 à 19:00
Rotondes, Place des Rotondes, Luxembourg

Christian Kracht – Lecture

Christian Kracht – Lecture

Christian Kracht lit des extraits de son nouveau roman « Die Toten »

Jeudi, 27 octobre 2016

19h00

Rotondes

en allemand

10€ / 5€

Tickets: rotondes.lu

Le nouveau roman de Christian Kracht, Les morts (« Die Toten »), nous mène en plein coeur de la foisonnante et fiévreuse République de Weimar. A Berlin, « spleen d’une nation crispée et instable », un cinéaste helvétique, instigué par le philosophe, sociologue et critique de film Siegfried Kracauer et par l’historienne du cinéma Lotte H. Eisner, essaie de convaincre le tout puissant patron de l’UFA, Alfred Hugenberg de sinistre mémoire, de lui financer une production cinématographique au Japon : en effet, il veut y tourner un film d’horreur. Idée apparemment dans l’air du temps, puisque, en même temps, les japonais poursuivent des ambitions conjointes : créer un Hollywood nippon qui puisse défier le concurrent américain.

Voilà les ingrédients séduisants du nouveau roman de Christian Kracht, une exploration du cinéma expressionniste des années 20, de ses maîtres F. W. Murnau et Fritz Lang et une célébration de la modernité de cette époque inouïe qui ne cesse de nous hanter et de nous envoûter.

Né en Suisse en 1966, Christian Kracht compte parmi les écrivains germanophones les plus importants. Son premier roman, Faserland, a fait sensation lors de sa parution en 1995. Il devint une référence pour une génération d’écrivains.

La modération sera faite par le spécialiste de la littérature Johannes Birgfeld.

La presse au Luxembourg :

Rapport de la radio 100,7 de la soirée

Le Journal a commenté la soirée

La presse sur « Die Toten » :

« Die Toten est une fable méphisto-faustienne formidable, une entreprise littéraire brillante, que nous pouvons qualifier de ‘krachtianisch’. » Karl Ove Knausgard

« Kracht mêle Histoire et fiction de façon absolument magistrale […] Avec sa nostalgie préraphaélite, Christian Kracht est la voix individuelle de la littérature allemande actuelle. » DIE ZEIT

« Die Toten a pour sujet la reconquête d’un pathos ironique, d’une grandeur en déclin, d’un panorama des ambiances et des sentiments, sujet dédaigné par une grande partie de la littérature allemande depuis des décennie. » Die Welt

« En dépit de l’ironie, le sujet est toujours la vie ou la mort dans ce texte […], captivant et terrible en même temps. » Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung

« Christian Kracht ose l’extrême: Comment raconte t-on l’horreur? Avec cette limite, Kracht parvient à écrire un livre éminemment politique. » Neue Zürcher Zeitung

« Une œuvre qui peut se mesurer aux romans, souvent également mal compris, du grand humaniste Michel Houellebecq » Deutschlandfunk

« A la fin, j’aurai voulu que cela ne se termine jamais. C’était tellement brillant. De l’or et de la nostalgie. Et très drôle en plus! » Spike Art Magazine

« Christian Kracht célèbre le subtil art de l’ambiguïté. » Süddeutsche Zeitung

« Kracht est parvenu … à écrire un livre éminemment politique » NZZ

Organisé par l’Institut Pierre Werner

en partenariat avec les Rotondes, Pro Helvetia, Fondation suisse pour la culture, et l‘Ambassade de Suisse au Luxembourg

deutsch - contact - mentions légales