08.02.2017

Alain Blottière

Alain Blottière

 

 

Alain Blottière est un écrivain français né en 1954 à Neuilly-sur-Seine. Auteur de romans, de récits de voyage et d’essais, son œuvre se caractérise par son inspiration exotique et souvent historique, où se révèle sa profonde nostalgie pour un âge célébré (l’enfance et l’adolescence), et des époques (l’Antiquité, le XIXe siècle…) ou des pays (l’Égypte, les Îles de la Sonde…) lointains : autant de mondes dont il aime retrouver -inventer- les émotions disparues.

Salué par des critiques tels que Mathieu Galley, Jacques Brenner ou Hugo Marsan, son premier roman, Saad (Gallimard, 1980), est couronné par le Prix Littéraire de la Vocation en 1981. Il conte le destin, à la fin du XIXe siècle, d’un peintre installé à Tadjourah au bord de la Mer Rouge, tentant vainement de peindre Saad, son jeune esclave, et entraîné dans une recherche de trésor en compagnie du poète Arthur Rimbaud devenu trafiquant d’armes. Rimbaldien, Alain Blottière a par ailleurs rédigé la préface et les notes des Œuvres Complètes du poète dans la collection Bouquins (Robert Laffont, 1980).

En 1995, Alain Blottière est à nouveau récompensé par un prix littéraire important, le Prix Valery Larbaud : L’Enchantement (Calmann-Lévy, 1994) nous emmène cette fois en Égypte, au bord du Nil, au chevet d’un vieux prince mourant dictant ses mémoires à un « nègre », tout en lui révélant, à la condition qu’il ne les divulgue pas, quelques-uns de ses scandaleux secrets…

Son roman Si-Amonn (Mercure de France, 1998), est une plongée dans les bas-fonds de la ville de Cyrène, colonie grecque de Libye, au IVe siècle avant notre ère.  Séjournant régulièrement en Égypte depuis les années 80, il a publié divers ouvrages et articles sur ce pays.

En 2016, Alain Blottière publie « Comment Baptiste est mort », roman partiellement inspiré de l’enlèvement d’une famille française en 2013 par Boko Haram au Cameroun, mais dont l’action se situe au Sahara. Le roman est récompensé par le prix Mottart de l’Académie française, le prix Jean-Giono 2016 et le prix Décembre 2016. Amélie Nothomb, jurée de ce dernier prix, trouve le roman « sublime » et déclare au Figaro n’avoir « jamais voté au prix Décembre pour un candidat avec autant d’enthousiasme ».

 

Photo@Charles Guislain.

deutsch - contact - mentions légales